GUSTAVE COURBET

GUSTAVE COURBET : la sensualité à l’état pur.

(10 Juin 1819 à Ornans à 3h – Soleil Gémeaux AS Taureau et Mars, Vénus, Mercure en Taureau).

courbet auto-p.

Auto-portrait, dit « le fumeur de pipe ». 1849. Musée Fabre (Montpellier).

Issu d’une famille de propriétaires terriens (déjà, le Taureau…), son père élève des bovins, et s’occupe d’agriculture.
Elève dans diverses écoles des beaux arts, il étudie surtout les maîtres espagnols au Louvre (Velasquez, Ribera, Zurbaran). 

« D’un profil assyrien et hongrois, buvant fort, parlant dru, pérorant, vaniteux, hâbleur, d’une truculence affichée » (le mélange Gémeaux/Taureau), « sa correspondance révèle des traits plus subtils et sa peinture ne reflète nullement une nature aussi fruste. D’autre part, il est très attaché à son terroir natal, et un chasseur passionné. »

En effet, il abandonne rapidement le style romantique de ses premiers autoportraits, et créée un style qu’il qualifie lui-même de « réalisme », tout en s’inspirant des idéaux de la bohème.
Il devient le chef de file du courant réaliste, mais son réalisme fait scandale.

« Les Baigneuses de 1853 a énormément choqué, on voit deux femmes, dont une nue avec un voile. C’est une femme normale (grosse, pas idéalisée), ce qui va choquer la société de l’époque. Les pieds sales de cette femme vont aussi choquer, car à cette époque on liait la saleté du corps à la saleté morale ».

514px-Les_Baigneuses-Courbet

Les Baigneuses, Courbet, vers 1853. Musée Fabre (Montpellier).

origine du monde

L’origine du monde, 1866, Musée d’Orsay.

Courbet_Sleep

Le sommeil, ou Les deux amies, ou Paresse et luxure, 1866. Petit Palais de Paris.

L’ÉPISODE DE LA COMMUNE (LA COLONNE VENDÔME) :

Ses idées républicaines et socialistes lui font refuser la Légion d’honneur proposée par Napoléon III.
Il propose au Gouvernement de la Défense nationale le déplacement de la Colonne Vendôme, qui évoque les guerres napoléoniennes, aux Invalides.
Or, la Commune décide, le 13 avril, d’abattre et non de déboulonner la colonne Vendôme. Courbet en réclame l’exécution, ce qui le désignera ensuite comme responsable de sa destruction.
En mai 1873, le nouveau président de la République, le maréchal de Mac-Mahon, décide de faire reconstruire la colonne Vendôme aux frais de Courbet (soit plus de 323 000 francs selon le devis établi). Il est acculé à la ruine après la chute de la Commune, ses biens mis sous séquestre, ses toiles confisquées. Il est contraint de s’exiler en Suisse. Courbet obtient de payer près de 10 000 francs par an pendant 33 ans, mais meurt avant d’avoir payé la première traite.

A sa mort, Jules Vallès rend hommage au peintre et à « l’homme de paix » :

« […] Il a eu la vie plus belle que ceux qui sentent, dès la jeunesse et jusqu’à la mort, l’odeur des ministères, le moisi des commandes. Il a traversé les grands courants, il a plongé dans l’océan des foules, il a entendu battre comme des coups de canon le cœur d’un peuple, et il a fini en pleine nature, au milieu des arbres, en respirant les parfums qui avaient enivré sa jeunesse, sous un ciel que n’a pas terni la vapeur des grands massacres, mais, qui, ce soir peut-être, embrasé par le soleil couchant, s’étendra sur la maison du mort, comme un grand drapeau rouge. »

Courbet a toujours cultivé son image de lutteur bon vivant et de « buveur de chope ». Son naturel optimiste, cache pourtant une sensibilité à fleur de peau. Il s’analysait finement dans une lettre à Alfred Bruyas, son ami et protecteur des années 1850, en disant:

« Avec ce masque riant que vous me connaissez, je cache à l’intérieur le chagrin, l’amertume et une tristesse qui s’attache au cœur comme un vampire ».

courbet auto-portrait

Le Désespéré, Courbet. 1841. Collection particulière.

En effet, sous des dehors vivants et jouisseurs (les Gémeaux et le Taureau sont deux signes « printaniers » de jeunesse, et Jupiter, le bon vivant, culmine), il devait dissimuler une angoisse sourde :
Saturne et Pluton, les deux astres fatidiques et anxiogènes sont conjoints dans son thème, et forment de plus un carré à Uranus et à Neptune, signalant pour le moins une tendance à la mélancolie, que les évènements historiques dont il a été victime ont révélée.

Neptune et Uranus, tous deux opposés à son Soleil Gémeaux ont par ailleurs « fait » l’idéaliste, et le provocateur.

courbet occ.

courbet chin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s